Panier 0
Lire la suite

Trop c’est trop

(Sur l’air qui vous conviendra) Y’a trop d’auteurs c’est pas porteur y’a des vedettes à peine honnêtes et puis des stars et fort peu d’art Salons et foires un grand bazar assez peu chics des pompe à fric Range ton talent c’est pas l’moment Mon pauvre Pierrot mon pauvre Léo de littérature reste la rature que faut-il faire des bonnes manières ? Les métaphores s’évaporent les dissonances mènent la danse même les rimes s’enveniment Je prends…

Lire la suite
Lire la suite

Relecture

Je viens de relire l’un de mes romans « Pas de deux » écrit voici presqu’une décennie. C’est un laps de temps qui transforme l’auteur en lecteur. Trois surprises m’attendaient. La première : le roman contient une mise en garde prémonitoire de l’envahissement des portables et des réseaux. La deuxième : l’ouvrage  est plein de rebondissements, un vrai roman ! La troisième : hélas, présence de nombreuses « coquilles ». Terme dont l’origine est justement explicitée dans ce livre et qui désigne toutes…

Lire la suite
Lire la suite

Les poètes & la mort

Les poètes, de Villon aux Romantiques, évoquent ce couple infernal : l’amour/la mort – mariés pour cause de paronomase ? Plus proche encore en Occitan : l’amor/la mort. Léo Ferré relatait un coup de fil de la Camarde : – Je suis la mort, j’aime bien ce que vous faites. – Moi aussi, Madame, j’aime bien ce que vous faites. Pour ma part, j’aurais répondu : – Je déteste ce que vous faites, c’est nul ! C’est immobile, froid, triste, puant…

Lire la suite
Lire la suite

Quarante ans après !

Quarante ans ! Ça fait quarante ans, le double de chez Dumas Père… Un courriel me demandait : Est-ce bien toi ? Ben oui, c’est assez facile à vérifier : j’ai un site, des photos, un nom inchangé moyennement répandu. Quant à lui c’était… le premier et je fus sa première. Bref, une première de part et d’autre avec les difficultés et les tâtonnements afférents.  La suite ne fut guère plus évidente, sans doute par ma faute : j’avais…

Lire la suite
Lire la suite

Déjeuner d’auteurs

Pendant tout le repas offert par les organisateurs du Salon du livre, il  monopolisa la parole. – Je ne dis pas que je suis écrivain, je trouve ça prétentieux : je suis romancier. L’écrivain, en face de moi, manifesta quelque agacement.  Je fis remarquer qu’être écrivain, c’est travailler l’écriture qui est notre matière première comme un sculpteur travaille la terre, un peintre les couleurs… J’aurais pu ajouter que pratiquant tous les genres littéraires, je considérais le…

Lire la suite
Lire la suite

Le Triangle

Saisir les oreilles du triangle, les plier, les coller. Toutes les formes ne sont pas aussi maniables. Le triangle constitue un abri très protecteur, mais moyennement confortable. Une forme à toucher avec prudence, une forme à briquer avec précautions car les heures s’accrochent aux angles du triangle, implacablement. L’ovale est beaucoup plus douillet mais moins stable, l’ovale renvoie à trop de choses simples quoique complexes : l’œuf en particulier et l’œuf à la poule…  …

Lire la suite
Lire la suite

Auto-com

À la manière de… Un concept nouveau qui défie la technologie de pointe : un blogue papier !!! Le virtuel enfin concrétisé. Tous les sens sollicités : le toucher doux et frais du papier, l’odeur des encres, la musique des mots, les cascades d’images, la luxuriance des couleurs, le dynamisme des séquences « à suivre… » (Saison 1) 72 textes flirtant avec tous les genres littéraires : nouvelles, poésies, synopsis, livres d’artistes, dialogues, critiques, jeux… 123 images en couleurs illustratives ou…

Lire la suite
Lire la suite

La Fée informatique

Dans un article, je regrettais que les initiations présentes dans les romans de Chevalerie conduisant le héros de conseil en défi vers son destin n’aient plus cours. Or, je viens de rencontrer une initiatrice. Mon ordinateur s’était bloqué inopinément. Sur l’écran apparut un numéro de téléphone. J’appelai et appris que des pirates informatiques avaient pénétré mon ordinateur qui fut bloqué pour le protéger. Elle était en mesure d’enlever tous les virus de sa baguette magique…

Lire la suite
Lire la suite

Constat

C’est sûr je ne suis pas du soir C’est socialement une tare En outre je fuis le nombre Me réfugiant dans mon ombre Disparaissant sans préambule Bloquant dans mes mandibules Les chicanes qui perturbent Les arguties qui entubent Pour m’enfouir dans mes grimoires Où j’entrepose de mémoire Mille souvenirs inventés Pas forcément très adaptés Pour rire et me moquer de tout. Je crois que je tiens le bon bout. J’enviais déjà les imbéciles Heureux, d’autres…

Lire la suite
Lire la suite

Affolements

Du fond de l’insomnie, pour m’apaiser et m’endormir, je me murmure : tu es en sécurité, bien au chaud… Aussitôt m’apparaissent des cohortes de sans domicile, d’exilés et autres malheureux…  L’édredon s’effiloche. Dès le réveil, commencent les « Il faut que… » : obligations et  contraintes se bousculent. Je me raisonne : s’occuper des chevaux, des chats est une activité sympathique. Ouvrir la boîte aux lettres électroniques, à la condition de faire abstraction de la centaine de messages sans…

Lire la suite