Voir le panier 0
Lire la suite

Y’a pas d’souci

– Comment ça ? Vous me réclamez une somme que j’ai déjà versée et vous me dites : y’a pas d’souci… – Ben… – Et le fait que mon ordinateur portable me répète pendant des heures « En attente de windows », ce n’est pas un souci ? Je préfèrerais attendre Godot ! Quant à l’ordinateur fixe, soit il ne s’allume pas, soit il s’éteint. Sans parler de son extrême lenteur et du fait qu’il barbote dans une zone sinon…

Lire la suite
Lire la suite

été

La nuit étoilée prend son temps Elle attend le bleu brûlant du jour suivant qui déjà palpite bourdonne  fusionne crépite effervescences des transparences La terre étale  ses cicatrices au tempo des cigales qui craquettent et se régalent comme les poètes L’été prolonge tous les étés un bond sans terme l’encore culminant dans le renoncement  l’ombre plonge verticale  s’enferme l’air s’emplit de cosmogonies d’ailes poudrées qui s’effritent furtives agonies pas même célébrées Le temps crépite dans…

Lire la suite
Lire la suite

Voyage

Quelle photo sélectionner ? La plus belle, la plus représentative, la plus étonnante, la plus touchante, la plus insolite, la plus ratée ? Autre ? Les écrivains relatent volontiers leurs voyages. Je viens de marcher sur les pas de Lord Byron qui disait du Monténégro : « …la plus belle union de la terre et de la mer… » Assurément. Pour ma part, j’écrirais  : « Les montagnes noires se jettent dans le bleu de l’Adriatique. » C’est plus coloré. Certes « se jettent »…

Lire la suite
Lire la suite

Mode d’emploi

Comment vivre ? Depuis toujours, je me pose la question avec le sentiment que pour les autres c’est évident. Sans doute que des informations me manquent… Enfant, c’était inévitable, adolescente, à la rigueur, mais désormais adulte, largement adulte, c’est… anormal. « La Vie mode d’emploi », excellent titre d’un roman qui ne m’a pas éclairée sur ce sujet, m’a conduite à écrire des livres afin de découvrir des indices pour appréhender l’existence, comprendre la vie et, si possible, …

Lire la suite
Lire la suite

« Objets inanimés »

Le sort des poètes est d’être réduit, au fil des ans, à un ou deux vers qu’on leur attribue avec hésitation. En l’occurrence, le titre ci-dessus est un emprunt à Lamartine qui a le privilège d’avoir deux poèmes  référents : « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » surnage au-dessus du lac de L’Isolement. « Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer » interroge Harmonie II. C’est peu, mais…

Lire la suite
Lire la suite

Listes

Dans le feu d’un échange épistolaire via des courriels, je badinais avec le fils d’un vieil ami : je devais être en forme ou amoindrie ou en panne ou ? Mon correspondant mutin me proposa de lister mes états d’âme selon des critères testés… « Ce que je ne ferai plus jamais. » – Dresser des listes ! ♦ Ce premier inventaire est forcément parjure. « Ce que je ferai à la rigueur. » (À…

Lire la suite
Lire la suite

Promis, juré

Promis, craché, juré désormais j’écrirai du beau, du bon, du gai J’ai déjà proposé : le grand jeu des portraits (sans beaucoup de succès) des textes sur Corto, drôle de zigoto, sujet d’expositions à Paris et à Lyon Faire du fantastique un brin érotique ? Un test politique ? Récit biographique ? Pour œuvrer en gaieté il est recommandé d’esquisser un héro positif et en gros de l’enduire à chaque heure de projet de bonheur…

Lire la suite
Lire la suite

Couper le cordon

« Il faut couper le cordon » répète la doxa aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes. L’évangile recommande, aussi, de quitter les siens pour suivre le Christ. Bon, de toute façon, il a été coupé à la maternité et la vie s’est chargée de lacérer le lien, la mort ratifiant la rupture. Léo Ferré disait de la Mélancolie : « C’est voir sa maman chaque fois qu’on se voit mal » Les poètes sont gens…

Lire la suite
Lire la suite

Le bruit

Le bruit a commencé dans la chambre bleue sous les combles. Une sorte de claquement métallique désagréable, assez fort. Une possible interférence entre le téléphone portable et le poste de radio ? Elle a débranché le câble : le clac clac intempestif persista. Un meuble bancal, un objet en déséquilibre ébranlés par les vibrations des pas sur le parquet ? Elle s’est immobilisée, retenant sa respiration : le clac clac goguenard percuta son cerveau. Elle s’est approchée…

Lire la suite
Lire la suite

Corto, le corbeau et moi

Corto Maltese n’ayant point apprécié la façon dont je lui ai faussé compagnie lors de notre récent voyage au Cap Vert, me proposa, un poil sarcastique, une nouvelle escapade. J’arguais que je n’avais pas la tenue adéquate pour l’accompagner dans des aventures échevelées et plus guère  les nerfs d’acier et les muscles souples de rigueur. Il esquissa un petit geste désinvolte de la main. – Seul le mental importe, quant à la tenue, tu trouveras…

Lire la suite