Panier 0
Lire la suite

À minuit

Chaque soir, je ferme le portail du cimetière : des chiens risqueraient d’y pénétrer. En fer noir, il grince amicalement lorsque j’actionne son lourd loquet rouillé. De taille modeste, un seul regard suffit à l’embrasser en son entier : un lieu reposant veillé par deux grands cyprès et la haute croix blanche d’un jubilé. Situé en contrebas du mur du jardin du presbytère, une belle bâtisse dont l’escalier de pierre en hélice et sa fenêtre…

Lire la suite
Bibliothèque livre et lampe fonds ancien Cahors Lire la suite

Recettes de lecture

Si l’écrivain est astreint à une obligation de résultat, le lecteur n’est pas exempt de toute contrainte. Ainsi, pour lire de la Poésie, sachez vous imposer silence afin d’entrer dans ce monde d’où surgissent musique et images insolites au cœur d’un espace libéré de la syntaxe et de la ponctuation. En présence de Nouvelles, la concentration s’impose en raison de la brièveté du voyage et de la chute finale forcément surprenante, voire contrariante : il convient…

Lire la suite
Lire la suite

Potentas lambda

Une brochette de despotes, tyrans et dictateurs conduisent le monde à sa perte : constat alarmant et dramatique. Dans la sphère où j’évolue au quotidien, j’ai repéré quelques graines de potentats : des individus lambda qui, pour prouver je ne sais quoi,  s’arrogent des rôles et brandissent des diktats imbéciles, des contre-vérités, des dénis, étalant leur inculture notoire ou leur mythomanie galopante. S’ils possédaient davantage de pouvoir, leur nocivité croîtrait en proportion. D’évidence, leurs collaborateurs…

Lire la suite
fenêtre, persienne, voilage rose et bleu, flou Lire la suite

Flottement

Je tends la main pour allumer la lampe de chevet, mais ne trouve pas l’interrupteur à la droite du lit, je me tourne vers la gauche sans plus de succès. Le cœur battant, je m’assois. Une étrange lueur s’infiltre par la fenêtre. Je me lève et me dirige à tâtons vers elle. J’écarte un lourd tissu, puis des voilages vaporeux et découvre un paysage aride plombé de  nuées échevelées. J’examine la pièce inconnue dans laquelle…

Lire la suite
Lire la suite

Où est-il ?

            Une fois de plus, mon moral a disparu. Mes chaussettes plaident l’innocence, mes poches et mon chapeau itou. Pour retrouver un objet égaré, il est recommandé de reprendre le même parcours et d’accomplir les mêmes gestes. En réalité, je soupçonnais mon moral de se désagréger depuis un bon moment tout particulièrement à l’écoute des informations mondiales, nationales et locales et  ses fragments  disparaissaient au fur et sans mesure. Par…

Lire la suite
Granach 3 jeunes femmes se ressemblant Lire la suite

La grâce ( Thème imposé)

Mon unique salut réside dans l’écriture. Lorsque j’écris, j’estime que la journée n’est pas vaine, l’angoisse desserre sa prise : je me suis fidèle. Hélas ! Quand le mot « fin » referme un manuscrit, que mon blogue regorge de textes en attente et que nulle parcelle de phrase ne m’interpelle : je sombre. Par chance, « la grâce »  -thème du printemps des poètes 2024– me tend une main gracile en dépit de sa…

Lire la suite
épouvantail allongé sur un mur Lire la suite

Journal d’un épouvantail

De mars 2023 à janvier 2024 Comme je vous l’ai dit précédemment, j’appartiens à une nouvelle génération d’épouvantails dont le rôle est de protéger les maisons : tâche ardue et risquée. Une première agression me culbuta réduisant quelque peu ma bedaine. Quinze jours plus tard, une seconde attaque brisa ma colonne vertébrale, m’’inclinant en diagonale sur la façade ; preuve qu’un dangereux prédateur était passé à 15 cm de la maison, même plus éclairée la…

Lire la suite
Lire la suite

Quand le passé…

Les vestiges d’une ancienne station thermale émergent d’un enchevêtrement de ronces et de lianes. Le pavillon des eaux s’élevait sur des colonnes style temple antique curieusement coiffé d’une toiture en forme de pagode, elle-même surmontée d’une coupole. Au milieu, un comptoir circulaire décoré d’une mosaïque aux motifs floraux vert et bleu où  les tasses des curistes étaient accrochées. Au centre, la fontaine avec ses  robinets en bronze,  veillée par la statue de la déesse Hébé…

Lire la suite
Lire la suite

Chagrin d’amitié

C’est une froide brulure en creux, un chagrin qui dure : la disparition d’un ami du jour au lendemain parti non dans l’irrémédiable mort mais sans rien dire sans remord quelque part ailleurs dans la vie Deuil proche d’un amour déçu triste abandon non reconnu accroissant la solitude soulignant la lassitude Tous les souvenirs chancellent secouant leur aigre crécelle grattant un passé partagé miné de pourquoi affligés pourtant lien libre d’entrave où rien n’est blessant ni…

Lire la suite
Lire la suite

Le paraître

Il contracte ses mâchoires, projette son menton en avant, plisse ses paupières pour illustrer l’idée qu’il se fait du pouvoir et de la virilité. Le résultat frôle la débilité, l’arrogance et la férocité, mais la foule adore, adhère ! Mussolini prenait une pose similaire tête en arrière, menton conquérant, pouces passés dans le ceinturon sur son petit bedon. Il a fini la tête en bas. Les autocrates plus modernes négligent ces mimiques vieillottes, tout en se…

Lire la suite