Voir le panier 0
Lire la suite

D’après Magritte

(Exposition 2016/2017 – Beaubourg Paris ) Associer l’image aux mots, à la pensée fut la préoccupation majeure du peintre  Magritte. Pour ma part, je vois des images dans les mots et donc l’écriture… Mais pour le moment, je voudrais consoler la poule du tableau intitulé « Variation de la Tristesse » et seule me vient la fameuse question : Qui de l’œuf ou de la poule  fut premier ? Mais la poule, inquiète du devenir de son poussin, s’en moque…

Lire la suite
Lire la suite

Effeuiller la marguerite

Je ne sais qui eut le premier l’idée d’arracher les pétales d’une fleur en murmurant : « Je t’aime, un peu, beaucoup, à la folie, passionnément, pas du tout. » Outre le fait que la main assassine une modeste marguerite ou une malheureuse pâquerette incapables de se défendre contre cet assaut sauvage lié aux affres de la passion, l’énumération est bien bizarre… N’est-il pas étrange que le protagoniste s’interroge sur l’intensité de son amour ? Un « Tu m’aimes ? »…

Lire la suite
Lire la suite

Vers pour rire

Plusieurs poètes des plus sérieux Empruntent ce titre fallacieux Pour consoler quelques peines Sans mijoter dans trop de haine   Aussi pour clore cette année Sans risquer de vous importuner Je veux comme eux me débarrasser De mes colères de mes excès   Race de Judas La race des Judas est en expansion Je rencontre nombre d’Iscariote ces temps-ci partout même dans le Lot telle la vermine, ils sont légions   Diserts, mielleux, prodigues en…

Lire la suite
Lire la suite

Abbaye en 3D

Je  chargeais laborieusement sur mon ordinateur le site en 3D  d’une abbaye qui depuis le XIIe siècle avait connu maints bouleversements liés aux différents ordres religieux qui s’étaient succédé. La Révolution en avait fait une prison, vite transformée en entrepôt. Délaissée, elle fut dépecée, rachetée, réhabilitée, restaurée. Désormais, elle accueille des artistes résidents spécialisés en images de synthèse et animations diverses qui proposent une visite virtuelle du lieu. Souhaitant contempler de beaux volumes, détailler des…

Lire la suite
Lire la suite

Chats tricolores

Naguère les animaux, comme les hommes, avaient leurs fêtes, à dates fixes. Fêtes durant lesquelles ils se rassemblaient pour se mieux connaître, se réjouir, festoyer, danser. Les dissensions et querelles étaient, pour un temps, mises de côté. Ainsi les hommes, ainsi les bêtes. Dans la Combe à proximité, les animaux se réunissaient à côté d’une source formant un ru. Les moutons mollement étendus sur l’herbe goûtaient la solitude, les renards et les loups devisaient appuyés…

Lire la suite
Lire la suite

Éphéméride du bien être

J’avais entrepris de lister les moments heureux de mon existence trouvant les autres trop envahissants, peut-être en raison d’un caractère chagrin ou d’une mémoire axée sur le négatif… Sans le savoir, en exécutant cette démarche, je rejoignais des pratiques de psychologie positive qui connaissent depuis quelques années un grand succès. (La méthode Coué, pourtant souvent moquée, était pionnière  en la matière.) L’un des exercices proposés implique d’évoquer, juste avant de s’endormir, trois moments agréables vécus…

Lire la suite
Lire la suite

Le Paradis

Dans l’un de mes romans[1], je rapporte que lorsque j’étais enfant je m’interrogeais sur une possibilité de survie dans l’au-delà. J’envisageais que « l’après » serait conforme à ce que les gens croyaient de leur vivant : le néant pour l’agnostique, le jugement pour le croyant avec répartition en fonction des bonnes et mauvaises actions. (J’ignorais, alors, les autres religions ou croyances.) En fonction de cette hypothèse, j’accomplissais, chaque jour, une bonne action, visant ainsi l’option paradis. Un…

Lire la suite
Lire la suite

Léo en écho (24 août 1916 – 24 août 2016)

Un souffle de mer troussa la terre dénichant l’ailleurs qui dans sa candeur se lovait au cœur d’un merle moqueur d’un poète fou œuvrant vent debout la lueur au foc la mort à l’estoc Copain de la nuit chantant l’utopie la belle rouge et noire de la déshistoire La phrase cambrée de cris éclatés berçait la marée à l’aube moirée d’horizon marbré alors surgissaient les mots qui dansaient Dans l’entrelacs des partitions la symphonie de…

Lire la suite
Lire la suite

Le Salon et l’oiseau

Le dernier Salon du livre de la saison se tenait dans un immense hangar qui servait à toutes sortes de manifestations : sport, brocante, produits régionaux, marché de Noël… Et donc, cette fois, il s’agissait de bouquins. Ce vaste espace bétonné exhibait son squelette fait de poutrelles métalliques soutenant des plaques ondulées en fibrociment. Il faisait froid et triste. Les rares visiteurs  venaient, pour la plupart, saluer un  organisateur ou un ami exposant. Les autres jetaient…

Lire la suite
Lire la suite

La chasse aux « voilà »

Les tics verbaux  sont aussi détestables que les tiques de peau. « Voilà » s’est invité dans tous les discours, même ceux des professionnels de la communication… Il n’hésite pas à s’accrocher tous les trois mots… Or, ce voilà dit absolument l’inverse de ce qu’il signifie « vois là » : il ne montre rien, il ne dit rien, c’est un non sens absolu : circuler il n’y a rien à voir ni à entendre ! Il s’est substitué autoritairement, dictatorialement…

Lire la suite